• Les Pauvres... Demain, vous ?

     

    Les Pauvres... Demain, vous ?

    Les Pauvres... Demain, vous ?

      Qu’est-ce que la pauvreté ?

     

    La pauvreté est le manque de moyens nécessaires à l’existence, l’insuffisance de ressources.

     

    Qu’est-ce que la richesse ?

     

    La richesse peut être définie, au contraire de la pauvreté, comme l’abondance de biens et de ressources.

     

    On pense souvent que les pauvres sont des gens qui dorment dans la rue en s’abritant sous des cartons. Mais on peut travailler, habiter dans un appartement et, malgré cela, être pauvre car on est trop mal payé, que le logement coûte cher…

     

    Quand on est pauvre, on est souvent regardé avec pitié et parfois avec mépris.

     

    Être riche au contraire signifie souvent avoir du prestige social, du pouvoir.

     

    La différence entre ceux qui prospèrent et ceux qui sont démunis reste évidente de nos jours. Et cet état de choses représente une inégalité devant laquelle il est difficile de trouver une solution.

     

    Un regard lucide sur l'actualité fait ressortir un constat paradoxal et même choquant : jamais l'humanité n'a accumulé autant de richesses qu'aujourd'hui, et en même temps le nombre de pauvres ne cesse d'augmenter.le nombre de pauvres reste intolérable.

     

    En même temps, le nombre de riches augmente sans cesse : le marché des biens de luxe – voitures de sport, … - est florissant comme jamais.

     

    Comment vivre ensemble sans violences, alors que les uns regorgent de ce qui manque cruellement aux autres ?

     

    La richesse n'est qu'un bien secondaire : elle cède le pas à la paix, la justice, l'amour. Elle est dénoncée si elle est le fruit de l'injustice. Elle comporte toujours le danger que celui qui possède cherche sa sécurité et son bonheur dans ses biens, en oubliant Dieu.

     

    Evangile de Luc : "Malheureux, vous les riches"

     

    L'appel du riche rapporté par trois des évangiles (Matthieu 19,16-30 ; Marc 10,17-31 ; Luc 18,18-30). Le comportement juste, c'est de tout donner aux pauvres. Pour la vie que Jésus propose, il faut renoncer à la richesse qui est un obstacle sur ce chemin nouveau. Le texte ne laisse pas d'échappatoire. Il ne parle même pas du mauvais usage des biens : c'est la richesse elle-même qui est en cause. Pour gagner cette liberté, ce bonheur, ce "salut", il faut TOUT donner, sans même garder "une poire pour la soif" !

     

    les richesses sont fragiles. Les trésors sont menacés par les mites, les vers et les voleurs (Matthieu 6,19-21). La situation peut se retourner (Luc 16,22). Et que vaut la richesse face à la mort (Luc 12,16-21) ? C'est donc un appui trompeur.

     

    L'argent est une continuelle source de préoccupation. Loin d'offrir la tranquillité, il est l'objet de tous les soins (Marc 4,19). D'ailleurs, est-on capable de dire à un moment : j'ai assez ? Il ne laisse aucune disponibilité pour s'intéresser aux autres, pour se tourner vers Dieu.

     

    Plus radicalement, Dieu et la richesse sont incompatibles : on ne peut "thésauriser pour soi" et "s'enrichir pour Dieu" (Luc 12,21). Nul ne peut servir Dieu et l'argent. Entre Dieu et Mammon, il faut choisir (Matthieu 6,24 ; Luc 16,13). L'argent est comme une divinité qui absorbe ses desservants, qui exige un culte, enlevant toute liberté.

     

    Les évangiles ajoutent aussi, dans la mentalité de l'époque qu’après la mort, le sort de chacun est équilibré : celui qui a connu le bonheur sur terre plonge dans le malheur, celui qui a souffert découvre le bonheur (Luc 16,25).

     

    Que peuvent faire les riches de leurs biens, quel en est le bon usage ?

     

    Selon le Magnificat, les riches resteront les mains vides (Luc 1,53). Les biens sont là pour être distribués sans attendre de retour (Luc 6,30.34-35). C'est en les donnant que les possédants ont accès à des "biens" d'un autre ordre (Luc 12,33 ; 16,9). Le récit de Zachée (Luc 19,1-10) est significatif. Zachée avait accumulé une grande richesse grâce à son métier de perception de l'impôt pour l'occupant romain. Dans sa joie, il annonce qu'il va donner la moitié de ses biens aux pauvres et rembourser au quadruple ceux qu'il a lésés. Opération impossible pour quelqu'un dont toute la fortune repose sur les détournements !

     

    L'aumône, déjà recommandée et pratiquée dans l'Ancien Testament, est un pilier de la vie chrétienne (Matthieu 6,1-4). Jésus lui-même l'a pratiquée (Jean 13,29). Bien plus qu'un geste d'aide, elle est une reconnaissance concrète du lien de fraternité avec l'autre (Matthieu 25,31-46).

     

    Dans cette ligne, la première communauté croyante fera de la solidarité financière un des piliers de son identité, comme le rapportent bien des textes qui décrivent la communauté de Jérusalem (Actes des apôtres 2,42-47 ; 4,32-37 ; 6,1-7).

     

    Dans les relations sociales, l'argent est source de séparations, de divisions, de compétitions et de guerres.

     

    Il absorbe l'attention et la disponibilité de tout qui possède des biens ou y aspire. Au lieu de se résigner à ces murs entre les humains, les croyants sont poussés à les transformer en ponts, en liens entre tous, avec évidemment le souci prioritaire des pauvres et sans calculer un "retour" dû pour cette générosité.

     

    C'est un vrai retournement : le sens de l'argent, ce n'est pas de le posséder, c'est de le donner. Ainsi, au lieu de détruire les relations sociales, il les construit, il fait de tous des frères et des sœurs. François d'Assise reste l'exemple le plus frappant, inoubliable.

     

    Aujourd'hui encore, le besoin d'argent, le projet de posséder quelques biens peuvent ériger des murs entre nous, dans une compétition sans merci : entre individus, entre groupes sociaux, entre pays et continents.

     

    Jésus dès le début de sa vie publique révèle sa mission. Il dévoile le cœur de son action: « l'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a conféré l'onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté » Jésus met les pauvres au centre, au cœur du Royaume de Dieu.

     

    ceux qui ont faim, ceux qui ont soif, ceux qui sont étranger, ceux qui sont nu, ceux qui sont malades. Ces pauvres sont autant de personnes avec qui nous avons rendez-vous puisque nous avons rendez-vous avec le Christ. Jésus le dit très clairement : « Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait».

     

    « Jésus-Christ s’est identifié aux plus pauvres de son temps, il s’identifie encore et toujours aux plus pauvres en tous les temps. C’est donc leur vie qui est aussi la sienne, qui est source de notre spiritualité.»

     

    Quand nous regardons le journal télévisé, quels sont les sujets qui reviennent ?

     

    Guerres,catastrophes naturelles, meurtres, viols, abus en tous genre, escroqueries, famines, précarité... Depuis des années, le monde est abreuvé par ces images au point que ça nous paraît normal. Cela semble normal qu'il y ait des millions de personnes affamées. Cela semble normal que chaque jour des personnes meurent de faim. C'est « entré dans les moeurs »...

     

    C'est devenu tellement banal que nous ne sommes plus sensibles à la détresse dans le monde. Qu'est-ce que veut dire « souffrir de la faim » ? Nous sommes tellement loin de cette réalité !

     

    Dieu est bon et il a placé le monde naturel à la disposition des hommes, afin de subvenir amplement à leurs besoins. Toutefois, à cause d’une mauvaise répartition des ressources naturelles, un écart s’est creusé entre ceux qui sont aisés et ceux qui sont pauvres.

     

    L’origine de ce mal est due au péché. Or le péché s’exprime à travers la convoitise, qui peut engendrer la corruption. Il se voit à travers les injustices et il se vit à travers l’oppression, privant beaucoup d’une qualité de vie convenable.

     

    Dieu hait la corruption et il réprouve l’injustice perpétrée contre les pauvres. Car ces choses les précipitent davantage dans le malheur, les privant de leurs droits et des moyens de subvenir aux besoins de leurs propres familles. Dieu défend ainsi les pauvres, il est à leur côté et les soutient.

     

    « Ecoutez-moi, vous qui êtes riches. Votre richesse est pourrie… » (Jacques 5. 1 et 2)

     

    « Si un homme riche voit son frère dans le besoin et lui ferme son cœur, l’amour de Dieu ne peut être présent en lui. Mes enfants, que notre amour ne se limite pas à des discours et à de belles paroles, mais qu’il se traduise par des actes accomplis dans la vérité. » L'Apôtre Jean

     

    « Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu vous appartient.

     

    Heureux êtes-vous, vous qui maintenant avez faim, car vous serez rassasiés.

     

    Heureux vous qui maintenant pleurez, car vous rirez.

     

    Mais malheur à vous qui possédez des richesses, car vous avez déjà reçu toute la consolation que vous pouvez attendre.

     

    Malheur à vous qui maintenant, avez tout à satiété, car vous aurez faim !

     

    Malheur à vous qui maintenant riez, car vous connaîtrez le deuil et les larmes. »

     

    « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » (Luc 18. 25)

     

    « Je donne la moitié de mes biens aux pauvres et, si j’ai pris trop d’argent à quelqu’un, je lui rends quatre fois plus. » (Luc 19. 8)

     

    « Il te reste encore une chose à faire : vends tout ce que tu possèdes, distribue le produit de la vente aux pauvres, et tu auras un trésor au ciel. Puis viens suis-moi ! » (Luc 18. 22)

     

    « Alors, Jésus, levant ses yeux sur les disciples, dit : « Heureux vous qui êtes pauvres… Le royaume de Dieu vous appartient. »

     

    Inégalité des revenus (2013) au sein des pays, mesuré par le coefficient de Gini : 0 correspond à une égalité parfaite (toutes les personnes ont les mêmes richesses), et 1 à une inégalité totale (où une personne posséderait tout). Les pays en rouge sont plus inégalitaires que les pays en vert.

     

    Aaron_RUSSO_avec_Nick_ROCKEFELLER

     

     

    Télécharger « Bathurst-f.pdf »

    Télécharger « culte-defi-michee.pdf »

    Télécharger « DIEU ET LA PAUVRETE.pdf »

    Télécharger « dossier_pauvrete_carto.pdf »

    Télécharger « Ecole_du_dimanche_6-11_ans_01.pdf »

    Télécharger « Fiche_doc_8_pauvrete_richesse_novembre_08.pdf »

    Télécharger « La pauvreté et la prosperité.pdf »

    Télécharger « lc6.pdf »

    Télécharger « Leadership_ethique_et_fin_de_la_pauvrete-2.pdf »

    Télécharger « Loi112_FaitsApplicationFR.pdf »

    Télécharger « OCDE2014-Le-point-sur-les-inegalites-de-revenu.pdf »

    Télécharger « OHCHR_ExtremePovertyandHumanRights_FR.pdf »

    Télécharger « RGP95.pdf »

    Télécharger « SNACTUN4.2_Corruption definition, causes and consequences VKalnins FR.pdf »

     

     

     

     

    « Les sept sceaux Jésus est vivant »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter