• Le christianisme

     

    Le christianisme

     

    Sources du christianisme

    Le monde est profondément marqué par le christianisme, sans elle, l’occident ne serait pas ce qu’il est.

    Une secte juive rassemblée autour d’un prophète itinérant du nom de Jésus, une croyance qui s’est implanté sur tous les continents.

    1er siècle en Palestine sous protectorat romain, depuis 60 ans. Le roi Hérode 1er le Grand (73-4 av. J.-C.) et sa famille protégèrent et défendirent la foi juive, et ce à une condition : la pratique de cette religion ne devait en rien porter atteinte à la puissance de l’État romain.

    Deux sectes avaient la suprématie : les sadducéens et les pharisiens.

    Les sadducéens formaient l’élite juive : ils jouaient un rôle politique éminent, et le grand prêtre était souvent issu de leurs rangs. A la destruction du second temple de Jérusalem ç70 apr. J.-C.), ils perdirent cependant leur assise religieuse et économique. Jusqu’à cette date, ils avaient représenté l’élite conservatrice et composé avec l’occupant romain. Leur foi reposait exclusivement sur les cinq livres de Moïse : ils ne reconnaissaient aucune tradition orale postérieure, contrairement aux pharisiens.

    Les pharisiens étaient issus des couches inférieures de la société : ils comptaient dans leurs rangs avant tout des artisans et autres laïcs, mais aussi des docteurs de la Loi jouissant d’une grande considération, ce qui leur garantit un statut social élevé du vivant de Jésus. Ils se considéraient comme les juifs authentiques et appliquaient le canon de la foi à leur vie quotidienne. Il se concentraient sur l’interprétation des textes, appliquaient les règles à la lettre et ne reconnaissaient le leadership des saducéens que partiellement : ils exigeaient une séparation entre la religion et l’état : le roi devait choisir entre le trône et la fonction de grand prêtre. De plus, les pharisiens étaient assujettis à deux obligations : d’une part, se conformer à la loi de Dieu de la manière la plus rigoriste qui soit ; d’autre part, propager la croyance en la fin prochaine du monde et dans le Jugement dernier. Ils attendaient aussi la venue d’un messie oint de l’Eternel, qui libèrerait Israël.

    Dieu évalue les hommes à la manière dont ils se comportent à l’égard des autres. Il demande de rompre le cercle vicieux de la violence et des représailles, il veut instaurer l’amour.

    Nous sommes tous égaux devant le Divin. Une vision spirituelle et une alliance nouvelle avec Lui. Les humains y sont tous invités. Des groupes prêchant la liberté et l’amour, de plus en plus de fidèles, de plus en plus de fidèles, une religion des pauvres et des personnes sans défense. Message d’amour et de générosité.

     

    La réforme Fondements intellectuels scolastique et humanisme

    Martin Luther voyait dans les efforts des hommes pour faire le bien le principal devoir de tout chrétien. Selon lui, l’individu pouvait choisir la voie du bien. Il accordait une place centrale aux textes fondateurs, donc à la parole de Dieu, il rendit la bible accessible au peuple. Il dit : “Jamais cul timide ne fit de pet joyeux.”

    L’époque moderne

    Le calvinisme ou la croyance en la prédestination

    La grâce divine est indispensable au salut de l’homme, et ses fruits s’en font sentir dans la réussite sur la Terre.

    Jean Calvin : “le destin des individus est déjà déterminé par la toute-puissance de Dieu, seul maître du salut des âmes. Une partie de l’humanité fera partie des élus auxquels revient une réussite particulière ici-bas, tandis que le reste du genre humain est condamné à la damnation éternelle. Aucun individu ne peut changer quoi que ce soit à cette prédestination. L’individu est ainsi jeté dans un isolement dont il ne peut sortir que par le travail. L’humain est placé dans une situation difficile et les consolations de ce monde ne peuvent pas l’en libérer. L’homme craint donc pour le salut de son âme. Il devient une main d’oeuvre docile. Alors que la réussite financière et la richesse, voire la répartition inégale des richesses en ce bas monde, pouvaient être reconnues comme des dons de Dieu.

    L’Eglise anglicane

    La doctrine est proche à la fois du catholicisme et du protestantisme, du calvinisme en particulier.

    Les quakers, enfants de la lumière

    Ils croient en la présence de Dieu en chaque homme, considérant ainsi chaque croyant, homme ou femme, comme un prête potentiel. Ils affirment l’égalité de tous les croyants et critiquent les moeurs dissolues. Ils sont connus pour leur fort engagement social.

    Les témoins de Jéhovah

    Selon leur doctrine, un nombre restreint d’élus sera admis au royaume des cieux à la fin du monde, qu’ils fixent à Armageddon (Apocalypse, 16,16), tandis que les autres croyants vivront sur la Terre transformée en paradis. Lors de l’affrontement final du Bien et du mal, Jésus conduira l’armée de Dieu.

    Les Mormons ou saints des derniers jours.

    Ils croient que Dieu se révèle aujourd’hui de la même manière qu’autrefois, ils font reposer leur doctrine non seulement sur la Bible, mais encore sur le Livre de Mormon. Le baptême n’est envisageable que lorsque celui qui le reçoit peut choisir de son plein gré d’embrasser la foi. La vie n’est qu’une étape dans le développement des hommes : avant et après leur vie terrestre, les êtres humains sont des esprits, venus ici-bas pour y accumuler des expériences.

    Les méthodistes

    Ils essayent de se concilier les faveurs de Dieu par la lecture de la Bible et par des activités caritatives. Pour eux l’amour est le message central du christianisme

    XIXème siècle : Être un peuple est la religion de notre temps.

    Emmaüs : 1947 L’Abbé Pierre ouvre une auberge de jeunesse internationale. 1969 70 groupes représentant 20 nations adoptent le Manifeste universel du mouvement Emmaüs

    Caritas : confédération de 162 organisations catholiques d’aide, de développement et de service social, travaillant en faveur des pauvres et des opprimés dans plus de 200 pays et territoires. Caritas Europa, créée en 1971, rassemble 48 organisations présentes dans 44 pays.

    La Bible : la parole de Dieu, il se révèle au genre humain. Mais écrite par des hommes. L’ancien et le nouveau testament.

    La Bible des Septante et la Vulgate : Ecrite en hébreu, araméen et grec ancien. Des passages y furent adaptés par rapport à l’original pour faciliter la compréhension des lecteurs. La Vulgate est la version latine de la Bible. Elle supplanta rapidement la version des Septante dans le monde occidental.

    La chute d’Adam : péché originel, connaissance du bien et du mal, désobéissance à Dieu, chassés du Paradis par Dieu. Eloignement de Dieu car ils ont librement choisi de faire le mal. La nature humaine en est déréglée. L’homme n’est plus dans les bonnes grâces de Dieu, mais dans le libre arbitre de choisir entre le bien ou le mal. Le Christ a affranchi ce péché par sa mort sur la croix. Par là, les hommes obtiennent la rédemption de leurs péchés et se réconcilient avec Dieu. L’homme vit séparé de Dieu, dont la miséricorde lui est nécessaire. Un moment décisif sur le chemin de l’homme vers sa propre émancipation, la responsabilité de ses propres actes. Le serpent a soustrait par la ruse les hommes à l’irresponsabilité, pour les mener dans un monde d’espoirs mais aussi de peurs, de décisions et d’erreurs. Emmanuel Kant.

    Les béatitudes dites par Jésus sont formulées comme des règles de morale. Cela invite à la rectitude morale et surtout à la justice, l’obligation la plus élevée de l’homme : c’est à leurs fruits que l’on reconnait les bons et les mauvais arbres (Mathieu, 7,17-20). Se dévouer entièrement à Dieu et rechercher le royaume de Dieu sont les devoirs du croyant, qui ne doit pas juger, afin de ne pas être jugé (Mathieu, 7,1). Le sermon sur la montagne invite les fidèles à ne pas se contenter de vaines paroles mais à témoigner de Dieu par leur mode de vie.

    L’Apocalypse de Jean : Révélation visionnaire, images fortement symboliques clôt le nouveau Testament qui décrit le Jugement dernier que les chrétiens attendent depuis l’ascension du Christ. Les premiers chrétiens vivaient dans l’attente du royaume dont parlé sans cesse Jésus. : L’Apocalypse était censée apporter aux premiers chrétiens victimes de persécutions un message de consolation : Dieu jugera sans pitié ceux qui ne croient pas, et les anges puniront ceux qui font le mal. A la fin, Dieu crée de nouveau le monde, comme le décrit Jean : Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. (21,1.). Donc on peut le comprendre moins comme une prédiction de l’avenir que comme une affirmation du prochain retour de Dieu sur la Terre, sans qu’aucune date soit fixée.

    La mystique chrétienne : myein, fermer les yeux et la bouche, renvoie aux voies par lesquelles l’homme recherche la réalité la plus élevée. Une expérience directe du divin. Le mystique recherche la plénitude intérieure ainsi qu’un chemin permettant de jeter un pont entre le monde d’ici-bas et l’au-delà avec l’aide de Dieu, un acte d’union.

    La croyance en l’au-delà : dans l’attente du Jugement dernier : une existence vertueuse, tournée vers l’amour de son prochain et l’adoration de Dieu. Il sera récompensé de ses vertus morales par la vie éternelle dans les cieux. Lieu de félicité où les anges chantent les louanges de Dieu et où l’homme, condamné depuis sa chute à choisir entre le bien et le mal, trouve enfin  le repos auquel il aspire. Le péché originel entache le genre humain et se transmet de génération en génération. Après leur mort, les chrétiens attendent le Jugement dernier, par lequel Dieu jugera les âmes et séparera les élus des damnés. Jésus est Dieu ou le Verbe fait homme. Fils de Dieu qui par sa mort sur la croix, s’est chargé symboliquement du péché du monde et a libéré les hommes du péché originel et renouvelé l’alliance que Dieu avait passée avec Moïse. Ils croient en la vie éternelle ouverte à l’homme. Cette perceptive nouvelle leur donne l’espoir que tout ne finisse pas avec la mort physique. Le purgatoire donne à l’âme une dernière possibilité d’accéder à la vie éternelle, au royaume des cieux. Ils perçoivent la présence de Dieu, ils s’en sentent indignes et se purifient par le repentir.  L’enfer, un cratère que Lucifer forma en tombant du paradis. Là, des tourments par des diables et autres esprits malins, les pécheurs expient leurs fautes dans des souffrances indicibles. L’enfer est compartimenté en plusieurs zones, dans les quelles les défunts sont punis en fonction de la gravité de leurs péchés.

    IIIème millénaire : la quête du sens de la vie : Ils recherchent quelque chose qui transcende leur quotidien. De quoi nous vivons ou ce qu’il y a après la mort ? Des sectes, l’ésotérisme promettent des expériences directes de la foi. Mélanges des religions les plus diverses, ces croyances entachées de mercantilisme se sont cependant fortement éloignées des enseignements aux sources desquels elles puisent.

    XXIème siècle : engagement dans le domaine social : des activités destinées aux enfants et aux adolescents, pour enrayer l’escalade de la violence en milieu scolaire.  Valeurs humanistes et sociales, aux centres de soins palliatifs (finir ses jours en paix) et bénéficier de soins dispensés par des personnes formés spécialement. Une mission importante, qui augmente le crédit dont jouissent les Eglises dans l’opinion publique.

    L’Eglise en Europe et dans le monde : Perte d’influence de l’Eglise depuis des années car les fidèles ont le sentiments de ne pas être compris, de ne pas recevoir les réponses appropriées, tenant compte de leurs difficultés réelles, quotidiennes (sexualité). Moins de vocations pour être prêtres, de religieuses. Moins de fréquentation des Eglises, elles ferment. Ailleurs dans le monde, les églises continuent d’être bondées le dimanche. En Amérique latine, en Chine et dans certaines régions d’Afrique, les populations attendent de la religion, instruction et soutien politique. En Amérique latine, des prêtres engagés militent pour un christianisme qui est aussi une libération théologique de l’oppression et de l’arbitraire politique, cette optique est partagée par les chrétiens de Chine où le nombre de fidèles va croissant.

    Mouvement oecuménique : Les églises orthodoxe participent aussi de plus en plus activement à ce mouvement, qui recherche le dialogue non seulement entre chrétiens mais encore avec les confessions non chrétiennes, et ce de plus en plus souvent. L’accent est mis moins sur les divergences que sur les valeurs communes comme la paix, la justice et la liberté.

    Journée catholiques et protestantes : rassemble tous les deux ans en Allemagne des laïques disposés à s’engager non seulement au nom de la foi mais encore pour rendre le monde meilleur.

    Les journées mondiales de la jeunesse : Par centaines de milliers des jeunes venus du monde entier se réunissent à Cologne. Plusieurs jours durant, ces jeunes chrétiens partagèrent des moments de joie et débattirent de questions fondamentales et prièrent ensemble. Ils firent leur, la formule tirée de l’Evangile selon Mathieu : “Nous sommes venus pour prier Jésus.” Ils échangent et nouent des contacts avec d’autres jeunes de tous pays et cultures, unis la même foi.

    L’activité pastorale : Jésus : “je vous ferai pêcheurs d’hommes”. Les chrétiens voyagent toujours plus loin pour convertir les païens et annoncer la Bonne nouvelle aux non-croyants. Les croisades en Terre sainte : beaucoup de victimes parmi les païens car quiconque refusait à croire dans le Dieu chrétien le payait de sa vie, à certaines époques. Le christianisme allant de pair avec la mission militaire.  Aujourd’hui, l’évangélisation s’accompagne, dans les pays du tiers monde en particulier, d’activités de coopération dans les domaines économique et social (forage de puits et construction d’hôpitaux et d’écoles, on y enseigne le message chrétien, des connaissances techniques et des valeurs morales.

    A la recherche de la paix intérieure : recherche d’une voie qui leur permette de comprendre leur vie et en trouver le sens. Trouver ou retrouver la paix intérieure pour échapper au stress de la vie quotidienne.

     

    Télécharger « catharisme hérésie ou christianisme.pdf »

    Télécharger « christianisme_esoterique.pdf »

    Télécharger « J-Y Leloup - Les_profondeurs_oubliees_du_christianisme.pdf »

    Télécharger « LA THEOLOGIE ETERNELLE.pdf »

    Télécharger « Le christianisme  La source.pdf »

    Télécharger « PAGES NOIRES DU CHRISTIANISME.pdf »

    Télécharger « pages sur le christianisme.pdf »